Les livres qui ont guidé mes pas

 

Evgeniâ Semënovna Ginzburg          

Le ciel de la Kolyma  et  Le Vertige,

Evguénia S. Guinzbourg raconte de manière passionnante sa descente dans les ténèbres de la prison, puis en déportation en wagons à bestiaux, et enfin en tant qu’esclave, à travers les différents camps de concentration (Goulag de la Kolyma).

 

Varlam Chalamov         Récits de la Kolyma

 

Préface aux Récits de la Kolyma, par Luba Jurgenson

Qu’est-ce que la Kolyma ? Une presqu’île de l’est de la Sibérie, d’après les géographes. Une île, d’après ses habitants. (On dit bien « aller sur le continent » lorsqu’il s’agit de se rendre sur la Grande Terre.) Une planète, selon les détenus, et même une « planète enchantée : douze mois d’hiver, le reste, c’est l’été ». À en croire certains témoins, comme Evguénia Guinzbourg, qui a séjourné comme Chalamov dans les camps de la Kolyma, c’est une région qui ne figure pas sur la carte, un lieu au-delà des confins du monde, un « toujours plus loin » qui est en même temps un « il n’y a plus où aller », un nulle part.

Très beau musée consacré a Chalamov dans le petit village de Tomtor sur la route de Magadan

 

Colin Trubron      En Sibérie

La Sibérie : un immense nulle part, plus grand que les États-Unis et à peu près inconnu. Une terre dévastée que peuplent, entre usines en ruine et déchets nucléaires, des popes illuminés, des chamans égarés, des rescapés du Goulag – autant de fantômes s’acharnant à vivre malgré tout.

 

Anton Tchékhov     l'île de Sakhaline

« Quand Tchékhov part pour l'île de Sakhaline, en avril 1890, personne ne comprend ses raisons. Lui-même, incapable d'en donner, se contente de parler de mania sachalinosa. Il s'agit là de l'épisode le plus étrange de sa vie. Décidé à mener une enquête sur ce lieu maudit voué au bagne et à la déportation, il se met en route dans des conditions folles.

 

Svetlana Alexievitch     La fin de l’homme rouge

Après soixante-dix ans de marxisme-léninisme, après des millions de morts, après l'implosion de l'URSS, que reste-t-il de l'Homo sovieticus ? Armée d'un magnétophone et d'un stylo, mue par l'attention et la fidélité, Svetlana Alexievitch a rencontré des survivants qui ont vécu la petite histoire d'une grande utopie et témoignent de cette tragédie qu'a été l'Union soviétique.

 

 

Cédric Gras    L’hiver aux trousses

Cédric Gras est un écrivain géographe. Ou plutôt un écrivain de la géographie, et aussi un arpenteur, un baroudeur érudit, l’un de ceux qui n’hésitent pas quand il faut tracer un trait entre Yakoutsk et Vladivostok, et parcourir l’Extrême-Orient russe, l’hiver aux trousses, en accompagnant l’automne.

 

Vadim Toumanov    Tu seras un homme 

Né en 1927 en Russie soviétique, l'auteur relate ce que fut sa vie. Successivement marin au long cours, boxeur, poète, forçat puis chercheur d'or, il s'échappe huit fois du goulag avant d'entamer une carrière d'entrepreneur qui lui valut les foudres du pouvoir soviétique puis de la Russie de B. Eltsine. Il dresse également un portrait du milieu des arts et du cinéma.

 


Vladimir Klavdievitch Arseniev       Dersou Ouzala

En 1902, un officier du tsar, Vladimir Arséniev, explore aux confins de la Sibérie et de la Chine des régions restées encore impénétrables aux Européens. Une nuit, au coeur de la taïga sibérienne, il rencontre un vieux chasseur gold, Dersou Ouzala, qui devient son guide et son ami.
De connivence avec l'herbe et les étoiles, Dersou déchiffre avec une sagacité et une intuition prodigieuses tous les secrets de la nature.